Présentation de l’atelier

Richard Gerstl, Alexander von Zemlinsky, 1908, huile sur toile, 170x74 cm, collection particulière - DR

Richard Gerstl, Alexander von Zemlinsky, 1908, huile sur toile, 170×74 cm, collection particulière – DR

Du 16 au 30 juillet 2016 s’est tenu à Royaumont un atelier d’interprétation dramatique et musicale dirigé par le comédien et metteur en scène Arthur Nauzyciel autour d’Une tragédie florentine, opéra d’Alexander von Zemlinsky adapté d’une pièce de théâtre d’Oscar Wilde, huis-clos violent où se noue un drame conjugal qui pose les questions de la fidélité, du mensonge, de la méprise, de la nature et de l’origine des sentiments.

Dans le cadre de la convention liant la fondation Royaumont à l’EHESS, Edouard Fouré Caul-Futy, directeur artistique du Programme voix et de l’Unité scénique à Royaumont et Karine Le Bail, chercheuse au Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL, CNRS/EHESS) ont proposé à quatre étudiants de l’EHESS de participer au projet. Quatre candidatures ont été retenues :

  • Paul Bernard-Nouraud, qui a soutenu sa thèse en 2015 sous la direction de Jean-Marie Schaeffer sur la représentation des corps dans l’art d’après Auschwitz,
  • Guillaume Françoise, en master 2 Arts et langages sous le tutorat de Pierre Judet de la Combe
  • Hugo Rabehi-Penninck, en master 1 Arts et langages sous le tutorat de Barbara Carnevali,
  • Claire Faugouin, en master 1 Arts et langages sous le tutorat de Jean-Marie Schaeffer.

Le metteur en scène Arthur Nauzyciel, qui privilégie un long travail à la table avec les comédiens avant le jeu sur le plateau, avait  invité un double casting de chanteurs à s’intéresser à la question de l’adresse dans un texte. Cette approche originale, délaissant la vocalité pure et le travail du « personnage », au sens psychologique, au profit de la co-construction par les interprètes du sens des mots d’un texte, ouvrait naturellement un espace pour des chercheurs en sciences sociales.

img_2411-small

Aussi, durant quatorze jours, les quatre étudiants, logés tout comme les artistes sur place à Royaumont et présents à chacune des séances de travail sont-ils régulièrement intervenus sur un ensemble de questions liées à la traduction, à la dramaturgie ou encore au contexte socio-historique d’un opéra composé à Vienne durant la Belle Epoque par un artiste d’origine juive. Ils ont également proposé des dossiers iconographiques, effectué avec les artistes des entretiens individuels en début et en fin de séjour, et ont élaboré un « Journal de bord » restituant cette expérience unique d’observation participante questionnant l’apport de chercheurs en sciences sociales. Ils ont enfin élaboré un livret commenté de l’œuvre à l’occasion de la restitution publique de l’atelier, le 30 juillet 2016.

img_5619-small

 


1 réflexion sur « Présentation de l’atelier »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.