Fenêtre sur l’atelier : conditions d’observation et de recherche

Considérons l’intérêt pour quatre étudiants en sciences sociales de se retrouver dans une situation d’observation privilégiée et participante dans le cadre d’un processus de travail encore inédit confrontant une approche particulière de la mise en scène théâtrale appliquée à un contexte de création opératique. L’organisation de l’atelier en huis-clos durant deux semaines a permis de suivre l’ensemble du travail des participants qui était organisé principalement selon deux temps forts : une séance de travail individuelle de technique musicale sous la direction du chef de chant, Jean-Paul Pruna, et des deux pianistes, Sarah Ristorcelli et Florent Mourier, le matin, suivis l’après-midi par une longue séance de travail collectif, portant sur l’aspect scénique, dramaturgique et sur le jeu d’acteur dirigée par Arthur Nauzyciel. Cette organisation des séances de travail autorisait une observation directe et complète de l’interaction entre le processus de travail établi par le metteur en scène et son influence sur les sensations et la vocalité des chanteurs.

Par ailleurs, la spécificité du processus de travail et de création d’Arthur Nauzyciel, qui repose pour une grande partie sur un retour aux textes lors de séances dites « à la table », a permis dans un premier temps d’intégrer les étudiants au processus dans une observation participante consistant en un appui consultatif de recherche documentaire, iconographique et dramaturgique. Au gré de l’avancée du processus de travail qui s’est progressivement orienté vers un aspect plus scénique, le travail des étudiants s’est concentré sur une observation plus classique mais néanmoins privilégiée. Elle a notamment offert la possibilité de consigner dans un journal l’ensemble des situations, des interactions et des difficultés rencontrées pendant le déroulement de l’atelier. Journal qui par la suite s’est articulé en un matériel de recherche brut et exhaustif sur les sensations et les perceptions de l’ensemble des protagonistes au fur et à mesure de l’avancée de l’atelier, permettant de mettre en relief a posteriori l’impact du travail de dramaturgie sur la performance des chanteurs et des musiciens.

D’autre part, une série d’entretiens a été menée à la fin de la première semaine de l’atelier avec l’ensemble des participants – chanteurs, chef de chant, pianistes – afin de mesurer directement et de retranscrire les premières impressions et les incidences possibles induites par le processus de travail sur la technique, la performance et la vocalité de chacun. Deux entretiens ont enfin été menés avec Arthur Nauzyciel, le premier à la fin de la première semaine et le second avant la représentation clôturant l’atelier, dans l’intention de témoigner de son point de vue sur le déroulement et la progression du travail effectué pendant les deux semaines à Royaumont et d’appréhender sa vision d’une mise en scène d’opéra.

img_5600-small


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.